Poissons sauvages

Dans les océans et mers, les bateaux ont adoptés différentes techniques pour pêcher, en moins de temps possible, le maximum de poissons :
– soit en encerclant les bancs de poissons avec un énorme filet (1000 m de long sur 100 m de haut)
– soit en laissant traîner un filet au fond de l’eau, raclant les fonds de mer. Tous les poissons qui y entrent sont poussés par le mouvement de traction en direction du fond du filet. Les poissons se frottent et s’écrasent entre eux, abimant leurs écailles.

En remontant les filets à la surface, la pression de l’eau est telle que les yeux des poissons sortent de leurs orbites. Une fois jetés sur le pont du chalutier, ils agoniseront de longues minutes avant de mourir asphyxiés… ou directement broyés pour finir en farine.

Bien évidemment, les filets ramassent toutes les espèces aquatiques ; celles qui ne sont pas consommées par l’homme sont rejetées à l’eau… Souvent blessées ou mortes.
Parfois, le filet se décroche du bateau, dérivant au fond de l’océan et entraînant avec lui tous les poissons piégés ; une fois ces derniers décomposés, le filet remonte et recommence un nouveau carnage.

Certaines espèces comme le cabillaud, la lotte et la langoustine sont très menacées par la surpêche.

De plus, les poissons se font de plus en plus rares ; les chalutiers doivent donc traîner leur filet de plus en plus profond et la maille du filet plus serrée.
Cela engendre une pêche :
– de poissons trop petits pour être vendus.
– de jeunes poissons reproducteurs qui pourraient relancer la croissance de certaines espèces.
– des poissons non comestibles.
– des espèces protégées comme les tortues, les phoques, les dauphins. Ainsi chaque année, 300 000 cétacés meurent dans les filets de pêche.

Le poisson : bon pour la santé ?
Quand on sait que l’océan est une véritable décharge pour les hommes, il ne faut pas s’étonner que l’on retrouve dans l’eau, et donc dans la chair des poissons :
– des substances radioactives (strontium 90)
– des métaux lourds (mercure, plomb)
– des substances cancérigènes (Dioxines, PCB, Arsenic)

Retour : les poissons

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *