PEA : association suisse Pour l’Égalité Animale

À la mi-mai, l’une d’entre nous a été faire un tour en Suisse à l’occasion de deux événements : une journée de stands/conférences/projection et une lecture discussion autour d’un livre.

logo_header
L’association organisatrice, Pour l’Égalité Animale, est née en janvier 2014 de la collaboration entre LausAnimaliste (Lausanne) et GenevAnimaliste (Genève). Elle informe le public sur les différentes facettes de l’exploitation animale, dans une visée abolitionniste, et entreprend des actions en justice. Elle mise particulièrement sur la politisation de la question animale en mettant en avant les concepts de spécisme et de droits des animaux. Exemples d’actions :

Autres vidéos ayant déjà été projetées :
Derrière les portes : « Au pays du « propre en ordre », qui se targue d’être doté de la législation de protection des animaux la plus sévère au monde, la réalisatrice est allée filmer derrière les portes des exploitations animales vaudoises, fribourgeoises et valaisannes. Entre 2009 et 2010, elle a sillonné les trois cantons pour témoigner d’une réalité que beaucoup de gens ignorent sur les conditions de vie des animaux de rente : entassés, enfermés dans l’obscurité totale, nourris de pourriture, entravés, blessés… L’image du paysan « qui aime ses bêtes », ainsi que celle des grands distributeurs qui prétendent, de nos jours, jouer le carte éthique, en ressortent écornées. »serveimage
Lisa la végétarienne : dans cet épisode des Simpsons, le végétarisme est montré positivement, surtout par rapport au carnisme forgé par l’habitude et les lobbys de la viande. La végéphobie est dénoncée.

programme4-3Les 24 heures de l’éthique animale, Genève
Résumés succincts de deux des conférences, prolongés par quelques réflexions personnelles. Lire la suite

Sentience, conscience, subjectivité et vidéos attachantes

Lors des discussions ayant eu lieu lors des Estivales de la question animale il a été fait mention de la déclaration de Cambridge sur la conscience des animaux. Deux ans après ce positionnement du monde scientifique on peut faire le bilan de l’inertie qui touche la société face à la condition des animaux d’élevage. Ce qui semble en cause outre la communication limitée sur ce sujet pourrait être le fait de focaliser sur la souffrance, chose négative et qui suscite une réaction de rejet dans le mental humain. D’ailleurs selon certains spécialistes, la conscience pourrait exister chez certaines espèces sans la souffrance. Notamment les insectes qui pourraient se voir reconnaître certaines capacités d’être conscients sans réagir pour autant à des blessures mortelles. La souffrance elle même se différenciant de la sensibilité par la présence d’une conscience on peut se dire que la conscience précède nécessairement toute vie mentale. Si l’usage du terme conscience peut paraître controversé, on peut lui substituer celui de sentience qui se définit par la capacité à appréhender de façon subjective les phénomènes extérieurs (stimuli) et intérieurs (émotions, pensées). Tandis que la conscience rajoute à cela la perception de sa propre existence, mais peut aussi évoquer la conscience du bien et du mal ou une conception spirituelle de l’existence.

Si au contraire de la seule souffrance on prenait la peine d’exposer toute la richesse de la vie mentale des animaux non-humains, on pourrait sans doute observer une prise de conscience qui ne passe pas par la pitié mais par une réelle compassion. Pour ressentir à la place de l’autre il faut faire l’expérience de ce que l’autre est susceptible de ressentir. Or dans le cas de la souffrance il est bien naturel de construire un mur émotif pour ne pas s’exposer aux souffrances d’autrui, surtout quand aucun moyen d’action ne semble disponible. Ces murs semblent toutefois s’effondrer vis à vis d’individus avec lesquels on aura créé des liens empathiques, dus principalement à des expériences positives partagées.

Soit ! Si la souffrance est l’objet de la lutte, le fer de lance pourrait tout aussi bien être la compréhension à la fois par la connaissance et le ressenti.

Sur ce halte aux tergiversations, place aux liens empathiques :

  • Relation mère enfant :

Une vache retrouve son veau sauvé de l’abattoir

Une poule et son poussin

Une lionne solitaire ayant pu avoir été rejetée d’une troupe, séquestre des bébés antilopes comme s’ils étaient ses petits

  • Câlins :

Vache et chat

Veau et chien

Lion retrouvant ceux qui l’ont élevé puis relâché dans une réserve

Un gorille et son sauveteur se retrouvent après 5 ans

Jane Goodall libérant un chimpanzé

Deux éléphantes se retrouvent après 20 ans de séparation

  • Jeu

Agneau avec un ballon

Des chèvres s’amusent avec une tôle

Des chèvres à dos de cheval

Chien et corbeau avec une balle

Un corbeau faisant de la luge sur un toit

Singe taquinant des tigres

Ours brun ayant développé un talent pour la manipulation de bâton. Les gardiens du zoo d’Hiroshima lui avaient simplement mis a disposition des bâtons pour jouer.

  • Traumatismes :

Mickael le gorille qui a appris le langage des signes par Koko une autre gorille exprime un traumatisme d’enfance impliquant probablement l’abattage de sa famille par des braconniers

Vache séparée de son veau

  • Joies :

Un troupeau de vaches retrouve leur pâturage après avoir été condamnées à l’abattoir

Première expérience d’un pré par des poules sortant d’un élevage en batterie

  • Compassion :

Un ours sauve un corbeau de la noyade

Un chat sauve l’enfant autiste de la famille d’une attaque de chien

Un troupeau de buffles s’enfuit sous l’assaut d’une meute de lions, abandonnant un jeune en proie mais revenant rapidement à la rescousse

Un autre buffle venant à l’aide d’un congénère sous l’emprise d’un lion

Une éléphante et une chienne se lient d’amitié dans une réserve. Suite à une blessure de la chienne l’éléphante se lamentait inexorablement jusqu’à ce qu’on les laisse se voir quotidiennement

Un écureuil protège un congénère défunt au bord d’une route des corbeaux charognards

  • Exploits :

Un cochon s’échappe d’un camion l’emmenant à l’abattoir

Vache ayant appris à s’évader

Évasion d’un chien d’une cage

  • Comportements culturels :

Une chimpanzé initie la mode de la paille dans l’oreille : http://www.futura-sciences.com/magazines/nature/infos/actu/d/singe-herbe-oreille-naissance-coutume-chez-chimpanze-54392/


Nous avons essayé de recenser des comportements spontanés et non induits par une expérience ou un dressage. Cela fausse totalement la manière dont on peut percevoir l’autre qui est comme dépossédé de sa propre action ou réaction.
Oui on pourrait utiliser le terme usuel « naturel » mais celui-ci a plus de défauts d’interprétation et d’idéologie sous-jacente que d’usages pertinents. Pour autant ce n’est pas parce qu’un individu est dans un environnement artificiel dans le sens d’humanisé, qu’il ne peut avoir des comportements spontanés.

Alors nous accueillons chaudement tout contenu allant dans ce sens pour étoffer cet article et aussi en prévision de notre projet de wiki sur la condition animale !

Garde d’animaux

affiche juin 2014

Quelques pistes pour faire garder vos animaux. Nous ne les avons pas testées, n’hésitez pas à nous faire part de votre expérience…

https://fr.care.com/garde-animaux-besancon
http://www.dogsitting.fr/scripts/saisielg.asp?TypeVal=Recherche
http://www.animaute.fr/liste-gardiens-animaux.php?type_garde=2&nom_garde=gardiens-par-departements
http://www.chien.com/Adresses/liste-adresses-chiens-18-0-1-36-services-animaliers–france-doubs-25.html

Cookies

  • 125 g de margarine
  • 110 g de sucre (90g suffisent amplement)
  • 2 cuillères à soupe de mélasse claire ou de sirop d’érable
  • 135 g de farine
  • 1/2 cuillère à café de bicarbonate de soude
  • 1 pincée de sel
  • 100 g de flocons d’avoine
  • 70 g de noix de coco en poudre

Préparation :

  1. Mélangez les flocons d’avoine avec la farine, le sel, le sucre et la noix de coco
  2. Faites fondre la margarine végétale avec la mélasse, à feu doux, puis ajoutez le bicarbonate de soude dilué dans 1 cuillère à soupe d’eau chaude
  3. Versez le mélange à base de margarine dans les ingrédients secs, en mélangeant soigneusement
  4. Disposez des cuillerées à soupe de pâte, espacées, sur une plaque de cuisson, puis aplatissez légèrement les cookies
  5. Faites cuire les cookies coco aux flocons d’avoine, environ 10 min, à 160° C : ils doivent être bien dorés
  6. Laissez refroidir les cookies sur une grille

Une recette adaptée de Recette-dessert.com qui a l’avantage d’être modulable : on peut ajouter du chocolat en morceaux, remplacer la noix de coco par des pommes séchées et parsemer de noisettes. Autre mélange possible : cranberries-chocolat, et bien d’autres encore selon les fonds de placard !

 

Retours sur la Veggie Pride

La marche

Nous étions quatre cablé.e.s à nous rendre à la Veggie. Nous n’avons pas regretté le déplacement ; malgré le temps pluvieux, défiler aux cotés de personnes ayant fait le choix du végéta*isme avait quelque chose de stimulant ! Un même choix, de multiples façons de l’exprimer, en témoignent les différentes pancartes et accoutrements des marcheu.se.eur.s : Photos choisies (ces photos ont été publiées par diverses personnes sur la page de l’événement facebook).

Il est à noter qu’une interrogation a été soulevée par bien des participant.e.s :
– est-il préférable d’opter pour un événement clairement festif : déguisements, communication sur les apports et avantages du végéta*isme, musique… c’est à dire s’assumer joyeusement et donner une image positive du végéta*isme, ou alors,
– faut-il en profiter pour dénoncer l’exploitation animale : souffrance dans les élevages, problèmes environnementaux, de santé… c’est à dire manifester pour sensibiliser… ?
Difficile de trancher. Les deux tendances étaient présente pendant la manifestation, la deuxième étant tout de même plus représentée.

banderole veggie

Les conférences (…)

Lire la suite