"Pour les fêtes, concilions plaisir et éthique !" – 2 actions à Besançon

Table de presse et d’informations sur la société de consommation, le sexisme dans le choix des jouets et les diverses exploitations animales liées aux fêtes de fin d’année.

 

Vendredi 7 décembre 2012 à 17h puis samedi 15 décembre dès 14 heures place du 8 septembre, nous étions 7 militant.e.s à tenir une table de presse : nous avons incité les passants à agir sur leur consommation pendant les fêtes de fin d’année, période durant laquelle nos achats compulsifs renforcent les schémas capitalistes, sexistes et d’exploitation animale. C’est surtout sur l’aspect animaliste que le CABle a axé les discussions.
Panneaux, bannières, affiches, tracts, peluches, badges… attiraient l’œil des passants, nous pouvions à partir de là leur proposer nos tracts.

Plusieurs accroches ont été testées et selon les réactions, nous pouvions alors éventuellement entamer une discussion en offrant thé chaud et petits gâteaux végétaliens* (sans souffrance animale !)

« Voulez-vous un tract d’information pour réfléchir à des fêtes de fin d’année éthiques ? »
– « Pour des fêtes éthiques : contre le gaspillage et la société de consommation, les jouets sexistes et les animaux-marchandises ! » … puis engager la discussion en développant les thèmes abordés… « Consommer tout à tout prix ? ; Le foie gras c’est peut-être bon mais si vous savez vraiment de quoi c’est fait, pourrez-vous avoir moralement l’esprit tranquille ?! ; Sous le sapin, des enfants qui s’épanouissent sans avoir en cadeau un animal de compagnie mais plutôt une peluche ou des jouets non genrés, n’est-ce pas plus sain ? »
Et plus particulièrement, pour les animaux :
– « Visiblement vous aimez les animaux de compagnie. Mais êtes-vous touché (et/ou informé ?) par le sort des autres animaux, ceux élevés pour la viande ? »… + développement de l’exploitation des volailles pour le foie gras…
– « Avez-vous conscience de la réalité qui se cache derrière la fourrure ? Des animaux enfermés, dépecés et tués pour l’apparat… » + développement des « usines à peaux »…
Toutes ces approches, et d’autres, furent proposées, afin de poser les bases d’une réflexion sur les nombreuses exploitations des animaux. Il est d’ailleurs nécessaire d’être informé sur tous les aspects de la condition animale tant les discussions sur une question précise amènent rapidement à considérer globalement le sujet.
Il est toujours agréable de constater, comme ce fut le cas hier, que les personnes végétariennes ne sont pas si rares, pas plus que celles qui disent réfléchir à leur rapport aux animaux. Parmi elles se trouvaient de jeunes gens mais aussi de moins jeunes : il est possible de modifier son point de vue à tout âge, voilà qui est encourageant.
Certains se souvenaient nous avoir déjà croisés, il est important d’être présents sur la durée pour ancrer la cause dans les consciences.
Plusieurs personnes ont laissé leur mail afin d’être informées de nos actions, entre 5 et 10 peluches ont été vendues à prix libre, une centaine de tracts distribués.
Par ailleurs, notre appel local à participer avec le collectif et à s’emparer des autres sujets que l’exploitation animale a abouti : nous remercions les personnes qui sont venues prendre en charge les parties « société de consommation » et « jouets sexistes », qui sont venues tracter avec nous et discuter de ces sujets avec la population pour un peu plus d’éthique lors de ces fêtes 2012 !
Bonne réception de cette double ou triple lutte : le mélange des genres (surconsommation, enfant et animal) n’a froissé personne, bien au contraire ! tout le monde comprenant les liens étroits dans ces événements de fin d’année : des idéologies d’oppression que nous subissons et qui sont à briser !
Avec cette très bonne réception de notre action, nous sommes resté.e.s près de 3 heures, tout en évitant une légère pluie, et plutôt satisfait.e.s des rencontres bisontines !

* alimentation végétarienne : sans produits issus de l’abattage d’animaux ; alimentation végétalienne : sans produits issus de l’abattage d’animaux et sans sous-produits animaux (œufs, crème, fromage, beurre, miel) tous remplacés par des produits végétaux ; être vegan : refuser toute exploitation animale dans le domaine de l’alimentation mais aussi dans tous les autres (pas de cuir ni de laine ni de fourrure, pas de cirques avec animaux ni de zoos, pas de produits testés sur les animaux, etc.)

Lettre d’informations n°4

Et si vous nous rejoigniez pour une Action anti-consommation à tout va pour les fêtes : pour une éthique dans notre nourriture et dans l’achat des jouets pour enfants !
Le CABLe organise une action de sensibilisation sur :
les animaux en repas, en vêtement et les animaux de compagnie : Le plaisir du repas de fêtes peut être maintenu sans tirer avantage de l’exploitation d’animaux (fourrure, foie gras, saumon…). Un animal n’est pas « un cadeau comme les autres », non à l’objetisation et aux usines à animaux de compagnie. Nous proposerons informations et alternatives.
– les jouets sexistes : le genre n’est pas un schéma normé ; nous proposons des affiches et visuels à lire sur le sujet.

la sur-consommation capitaliste : « Acheter, toujours acheter ! » Et si nous échangions, donnions nos surplus et vieux stock du garage ?…

Nous nous occuperons en particulier de la partie « animaux », vous pouvez nous prêter main forte ou vous emparer d’un des deux autres thèmes.
N’hésitez pas à nous soutenir pour cette action,
deux dates sont prévues :
– Vendredi 7 décembre à 17h30
– Samedi 15 décembre à 14h
La durée de l’action sera d’une à deux heures. À prévoir : des vêtements bien chauds.
Au plaisir de nous retrouver pour cette action commune !


Restons mobilisés !

– > Pour faire évoluer le statut des animaux, une pétition de 30 millions d’amis à signer : Pétition Pour un nouveau statut juridique de l’animal,campagne Pour un nouveau statut juridique de l’animal

– > La pétition pour Paul Watson :

Paul Watson Fondateur et Président de l’ONG internationale de défense des océans SEA SHEPHERD (Berger de la mer) est actuellement en passe de perdre sa liberté…

– > Athenas initie une pétition pour la mise en place d’un Plan de conservation pour le lynx. Ce grand prédateur est le seul à ne pas en disposer, or la remise en cause de son statut par les milieux cynégétiques, l’absence d’intérêt de l’Etat pour cette espèce (excepté pour la gestion au coup par coup des déprédations), le fait qu’il soit le bouc émissaire des professionnels de l’élevage ovin mis à mal par le marché mondial et la

concurrence néo-zélandaise masquent la fragilité de cette population. L’augmentation du trafic routier, les aménagements limitant et cloisonnant les noyaux de population, le braconnage , qui sournoisementchaque automne liquide des adultes et condamne des progénitures, menacent cette espèce encore fragile. Si vous pensez comme nous, SIGNEZ CETTE PETITION : www.athenas.fr/petition-plandeconservation

– >Une action proposée par CIWF (Compassion in World Farming), organisation non gouvernementale internationale de référence dédiée au bien-être des animaux d’élevage qui lutte contre l’industrialisation de l’élevage et promeut une agriculture respectueuse des animaux, des hommes et de la planète : écrire aux acteurs concernés pour les inciter à faire respecter la prochaine législation qui obligera les éleveurs à améliorer les conditions d’élevages des truies et porcs… Une exigence pourtant adoptée en 2001…

http://action.ciwf.org.uk/ea-action/action?ea.client.id=1758&ea.campaign.id=17064

Pour information

– > Les Mousquetaires vont mettre de la graisse animale dans l’essence

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/20121108trib000729834/les-mousquetaires-vont-mettre-de-la-graisse-animale-dans-l-essence.html

– > La corrida jugée constitutionelle :

Le Conseil constitutionnel a jugé cette tradition conforme à la Constitution. Sur quels éléments s’est-il appuyé ? Et comment les associations de défense des animaux peuvent-elles à présent réagir ? Réponses dans l’article de l’observateur
Corrida : comment la justice définit une « tradition locale ininterrompue » – le Plus

– >Lapins, rongeurs, chasseurs et agriculteurs : le vrai problème

 En Charente-Maritime, un vigneron a déposé une plainte contre les chasseurs : il leur reproche la prolifération des lapins, responsables d’importants dégâts aux cultures. Et si le vrai problème était une « gestion » irresponsable de la nature par le lobby chasse ? L’ASPAS propose des solutions simples : protéger les renards, prédateur naturel du lapin et soulager les agriculteurs du poids de ce lobby d’un autre âge.  Lire la suite

Pour finir sur une note d’espoir…


– > Réunion : Les requins et la mer ont gagné face aux décisions hâtives de l’administration

L’ASPAS et d’autres associations viennent de remporter une belle victoire juridique contre les tentatives d’atteintes à la protection de la biodiversité à la Réunion. Lire la suite …
 

– >Victoire de l’ASPAS :le Conseil d’État sanctionne l’alibi scientifique de la chasse des oies en février


Saisi par l’ASPAS, le Conseil d’État annule dans un arrêt du 7 novembre 2012 l’arrêté signé en février dernier par Nathalie Kosciusko-Morizet autorisant la chasse des oies « grises » (oies cendrées, rieuses et des moissons) au-delà du 31 janvier, sous le prétexte fallacieux d’effectuer une étude scientifique. Que ce soit pour les oies ou pour les baleines, tuer n’est pas étudier, le Conseil d’État ne s’y est pas laissé prendre. Lire la suite …